Standard Cocorico : codez en français !

Bon, vous me connaissez, je ne suis pas du genre à refuser les anglicismes (bug, hashtag, etc.) sauf quand il y a un équivalent courant, exact et évident en français (vous ne me verrez jamais dire « meeting » ou « brainstormer »).

Seulement voilà, il y en a un peu marre de cette hégémonie anglophone dans le monde la programmation. Ça va bien ! Est-ce que nous n’avons pas des traductions évidentes pour for, while, if, return, etc. ? Et bien il est temps de les utiliser, camarades francophones !

C’est pourquoi j’ai créé pour vous le package paquet :

Standard Cocorico !

Vous allez enfin pouvoir pratiquer le C et le C++ dans la langue de Didier Barbelivien, et ça, ça n’a pas de prix (si si, je vous assure, c’est même gratuit). Bon, je dis « paquet », mais en fait c’est juste un fichier stdcocorico.h. Enfin vous n’allez pas commencer à chipoter…

Voici donc ce que nous donne un hello world salut monde dans notre si belle langue :

SalutMonde_CCBySa_SimonGiraudot

Avouez que ça a de la gueule, non ? Bon okay, il faut oublier le fait que mon Emacs est un ignare pro-américain qui ne sait pas comment colorer ce joli langage (d’où la différence de couleur entre prive et public par exemple).

Et j’ai fait un salut monde un peu tordu (on dirait du Java tiens), mais c’était pour utiliser plus de mots-clefs…

Vous en voulez encore ? Voici un petit programme qui calcule pi en français dans le texte :

CalculPi_CCBySa_SimonGiraudotC’est pas beau, ça ? Allez, je suis lancé, le jeu du plus et du moins :

JeuPlusMoins_CCBySa_SimonGiraudot

Enfin, il me semble important de souligner la présence d’un « Wesh-mode » dans ce fichier de traduction (à activer à l’aide d’un #define pour plus de sécurité). Voici donc le même salut monde que ci-dessus mais en mode wesh (attention, ça pique les yeux) :

WeshMonde_CCBySa_SimonGiraudot

Et bien entendu, tous ces programmes compilent sans problème avec GCC (je vous laisse tester, il suffit de cliquer sur les images pour accéder aux codes sources). Notez que je n’ai traduit que les mots-clefs que j’utilise couramment (certains ne sont même pas des mots-clefs mais des noms de fonctions) et que je n’ai pas traduit les mots transparents (of course). Certaines traductions peuvent manquer, d’autres être obscures (rccr pour racine carrée, etc.). M’enfin voilà, j’ose espérer que cela marquera le début de l’émergence de notre magnifique langue dans la programmation.

COCORICO !

Le jour où j’ai arrêté de lire les nouvelles…

the morning coffee (CC-By-Sa Thomas Leth-Olsen)Il y a quelques mois, ploum publiait un article très intéressant sur la pollution que se prenaient quotidiennement nos cerveaux par la pub et… les informations (les fameuses « news »). Si j’étais parfaitement d’accord sur la pub qui est une plaie sans nom, j’étais plus sceptique sur les infos qui, si elles sont effectivement très critiquables, me semblaient utiles : pour se positionner correctement par rapport au monde, il faut savoir ce qui s’y passe.

Et puis il y a eu le déclic. Ou plutôt, deux déclics clou sur clou, le deuxième venant définitivement enfoncer le coup (ou le contraire, je ne sais plus).

Le premier, c’est la fameuse affaire Dieudonné et son community manager Manuel Valls (alors Sinistre de l’Intérieur). Des semaines qu’on nous a bourré le mou. Moi qui ignorais totalement ce qu’était une quenelle il n’y a pas 6 mois, je pense avoir entendu suffisamment ce mot pour le reste de ma vie. Je ne reviens d’ailleurs pas sur cette histoire qui ne mérite pas, à mon sens, qu’on s’y arrête plus que le temps des 140 caractères d’un tweet lâché entre le fromage et le dessert :

Je n’aime pas l’idée d’interdire les cons, parce que les gens qui décident ce qu’est la connerie pourraient très bien m’y inclure un jour.

Lorsque Rue89 reprend l’article illustré d’Odieux Connard qui explique que « les idées à la con progressent grâce à ceux qui prétendent les combattre », je manque de m’étrangler. Sérieusement Rue89 ? Combien d’articles avez-vous sorti sur cette affaire ? L’hôpital, la charité, tout ça ?

Et je ne parle pas de la télé que je regarde rarement : en zappant dessus à l’heure des infos, pendant cette même période, le verdict est tombé. TF1, France 2, BFM TV et iTélé parlaient toutes sans exception de cette affaire au même moment. Sérieusement ? C’était ça le sujet n°1 de l’actu en France ? Je m’esclaffais alors en lisant l’article du Gorafi racontant l’attente de la neige par les français pour que les journalistes changent enfin de sujet… Parce que le plus triste, c’est que cet article était à peine caricatural.

La semaine suivante, hallelujah, la relève est arrivé : François Hollande a trompé sa compagne ! Tant pis si la majorité de la population S’EN BRANLE, moi le premier (autant que la romance-Disneyland de Sarkozy et Bruni il y a quelques années). Et le pire, c’est que ça ne choque même plus les journalistes de monter en première page un sujet déterré par un torche-cul de première classe.

Et bien pour ma part, vous avez gagné, ciao les journaux. Je n’en lisais déjà pas des masses, je faisais le tour de l’actu via un Google News un peu customisé, puis j’allais lire quelque sujets sur Le Monde ou Rue89. Rue89 comme Le Monde dérivent chaque jour un peu plus vers la course au clic et les sujets avec peu de fond et à peine plus de forme. Et Google News, ne faisant qu’agréger, affiche mécaniquement les sujets « buzz » et non les sujets d’intérêt.

Terminé. Je rejoins à nouveau ploum sur son dernier article. Vous touchez assez de pognon via les subventions honteuses qu’on vous verse (pour venir cracher sur la France des assistés, summum du foutage de gueule), vous n’en aurez pas plus de moi.

Vous avez voulu faire un travail de blogueur, vous serez traités comme des blogueurs. Et les blogueurs ne sont pas payés (en majorité).


Bon, maintenant finissons par une note positive. Parce qu’heureusement, il reste encore quelques journaux qui font un vrai travail de journalisme. Je n’en citerai que deux, aux modèles diamétralement opposés :

Personnellement, je ne suis pas abonné à Mediapart : j’ai essayé, je n’ai pas aimé. Non pas que ce ne soit pas intéressant, mais je ne sais pas, site trop fouillis, pas assez organisé vu la densité du contenu, bref, je n’ai pas trouvé ça agréable à lire. Question de goûts. Mais ils font un vrai travail d’investigation, sont indépendants et s’en sortent financièrement sans aller geindre à l’Assemblée pour avoir des sou-sous.

Le Canard par contre, je m’y suis mis et j’aime beaucoup. Un des rares journaux papier sans pub et sans subvention (et donc assez indépendant). Un des rares journaux papiers qui n’a pas tenté l’aventure en ligne. Un des rares journaux en bonne santé financière (toute corrélation entre ces différents points serait un pur hasard, bien entendu).

Il n’y a pas de secret, juste un principe qu’ils exposent sur leur site Internet (qui n’est qu’une vitrine, puisqu’encore une fois ils ne font pas de journalisme en ligne) :

Notre métier, c’est d’informer et de distraire nos lecteurs, avec du papier journal et de l’encre. C’est un beau métier qui suffit à occuper notre équipe.

Hé bah chapeau les gars, vous avez tout compris. Pourquoi venir essayer de concurrencer les blogueurs sur un terrain qui n’est pas le vôtre et que vous ne maîtrisez pas si vous êtes compétents là où vous êtes ? Il faut une sacré humilité pour reconnaître ça.

Et une sacrée classe.

Crédit photo : the morning coffee (CC-By-Sa Thomas Leth-Olsen)

Confirmez votre e-mail ? NON !

@@@robase (CC-By Macsous)Oui, je sais, plus d’un an de silence (enfin, pas vraiment) pour revenir et gueuler, j’exagère.

Mais quand même, il y a un truc qui se généralise sur le net et qui m’exaspère : devoir confirmer son adresse e-mail (en l’écrivant 2 fois) lorsque l’on s’inscrit quelque part.

Bah j’vois pas où est le problème, tu confirmes bien ton mot de passe, non ?

Effectivement. Cette pratique remonte à longtemps (aussi longtemps que je me souvienne d’avoir été sur Internet). Mais vous vous êtes déjà demandé pourquoi, depuis très longtemps, on fait confirmer leurs mots de passe aux utilisateurs en leur demandant de le taper deux fois ? Très simple : parce qu’on ne l’affiche pas. Hé oui. Comment on fait pour vérifier qu’on ne s’est pas trompé avec un mot de passe invisible ? Hé bien on le retape, et le programme derrière vérifie qu’il s’agit deux fois du même mot de passe (les chances de se planter deux fois exactement de la même manière étant faibles).

Alors expliquez-moi pourquoi, nondidiou de nondidiou, on nous demande de retaper une adresse e-mail qui est écrite juste au-dessus ? Pour la confirmer, on ne pourrait pas juste, je ne sais pas moi, mmh… La relire ?! Dans ce cas, pourquoi on ne nous fait pas aussi retaper 2 fois nos nom et prénom ? Ou 2 fois le captcha tant qu’on y est, histoire de vérifier 2 fois qu’on n’est pas un robot ?

Oui mais l’e-mail c’est pas pareil que ton nom : s’il y a juste un caractère de faux, ben ça marche pas, du coup c’est important tu vois, faut pas se planter et c’est plus sûr de le retaper quoi.

Mais c’est pas genre super-infantilisant ? « Tiens coco, tu pourrais juste relire pour vérifier que ton adresse est correcte, mais comme t’es probablement un gros boulet qui envoie ses infos en laissant traîner des typos, bah retape-le un peu pour voir ? » Et votre numéro de sécu sur les formulaires, on vous demande de l’écrire 2 fois ? Non ? Pourtant c’est pareil, une erreur de chiffre et c’est foutu. Et personnellement je suis beaucoup plus susceptible de me planter sur un numéro long et abscons que sur mon adresse e-mail que je connais quand même à peu près sur le bout des doigts…

T’as raison, j’m’en vais de ce pas soumettre l’idée à la sécu de faire des formulaires avec 2 fois le numéro à écrire ! J’ai toujours trouvé leurs formulaires trop courts, de toute façon…

Bref, amis développeurs de sites web, merci d’arrêter de nous prendre pour des abrutis. Si quelques personnes ne sont pas foutues de vérifier leurs adresses e-mail par elles-mêmes, c’est triste pour elles mais ce n’est pas une raison pour emmerder les 90% qui savent se relire (ou écrire sans se planter) avec une ligne inutile qui sert juste à faire marcher le copier-coller. Sinon, on pourrait peut-être ajouter une troisième case, non ? C’est vrai, faire 2 fois la même erreur, c’est peu probable, mais ça peut arriver, non ? Autant être prudent jusqu’au bout.

Bon, et pour conclure, si vous tombez sur un formulaire de ce type, voici le geste qui sauve :

Ctrl-A Ctrl-C Tab Ctrl-V
Crédit photo : @@@robase (CC-By Macsous)

Georges Pompidou, ghostbuster

Lincoln (CC-By John Morgan)Vous avez entendu parler de ce nouveau film sur Abraham Lincoln ? Encore un film patriotique américain de base, pensez-vous… Hé bien non, car le titre complet, c’est…

Attention les yeux, ça pique.

Abraham Lincoln, chasseur de vampires

Hahahahahahaha ha hahahah ah hahahahaha ha hahah ahahahahha hahahahahah ah ahahaha hah ahahahahahahahaa haha hahahahahahaa !

Comme disait Jim Carrey dans Fous d’Irène : merci, il y avait longtemps que je n’avais pas tant ri.

Ils ne savent plus quoi inventer. Du coup, je vous propose d’autres concepts :

  • Jacques Chirac, tueur de loups-garous
  • Georges Pompidou, ghostbuster
  • Buffy, présidente de la république
  • Blade, père fondateur

Ça va cartonner.

Crédit photo : Lincoln (CC-By John Morgan)

Des trucs et des machins (2)

Quelques trouvailles du web :Bungee@Sziget (CC-By psalmi76)

  • Combien fait-on de bises selon les régions ? Carte assez originale, personnellement c’était 2 (sinon c’est trop, c’est chiant). Maintenant que je suis dans un labo avec pas mal d’étrangers, faut que je fasse gaffe car cette façon de dire bonjour très française peut surprendre (bon après c’est un labo d’info, donc les occasions de croiser des filles à qui faire la bise sont assez peu nombreuses, il faut le reconnaître).
  • Pour ne plus jamais rater un lancé de papier froissé, la poubelle Kinect. Marrant. Moi j’aurais été plus méchant sur les tests (lancé plus vite et avec une forme moins « cloche »), mais elle doit bien avoir ses limites. Notez que sans le firmware libre développé pour l’appareil, ça n’aurait sans doute pas pu se faire…
  • Après Conservapedia, un gros troll velu sur Ubuntu Christian Edition (bon déjà, des éditions religieuses de GNU/Linux, j’ai du mal, mais après tout, ‘font ce qu’ils veulent…). Enfin disons que j’espère que c’est bien un troll, on n’est jamais sûrs de rien…
  • Une blague très méchante en conduisant (mais après coup, ça pourrait être dangereux -> et si elle avait attrapé le volant pour faire un écart ?).
  • Une autre blague méchante (moi je me serais fait dessus).
  • Une reprise de Hotel California à la guitare. Mais avec vraiment toutes les parties de guitare. Bien foutu. Il faut que j’investisse dans une 12 cordes, d’ailleurs.
  • Une trollface IRL aux JO, mouahaha.
  • Will the real Mitt Romney please stand up? Eminem version campagne électorale américaine.
  • Snoop Dogg devient Snoop Lion. C’est un peu con, mais c’est comme ça (en même temps qu’est-ce que j’en ai à carrer de Snoop Dogg, moi…). Mais ça, ça m’a fait rire.
Crédit photo : Bungee@Sziget (CC-By psalmi76)

Man of Steelarant

Justice Legg of America (CC-By JD Hancock)Ils sont marrants chez Hollywood, tellement ils ne sont pas subtils.

Mercredi dernier, je me suis rué au ciné vers The Dark Knight Rises en grand fan de Batman que je suis (les lecteurs du Geektionnerd en savent quelque chose). Sur ce film, rien à redire, aussi excellent que les 2 premiers (promis, je ne spoile rien dans cet article). Mais j’y ai vu la bande-annonce du prochain Superman.

Et j’ai bien ri. Parce que comme je l’ai dit, chez Hollywood, ils ne sont pas subtils. Quelle a été l’un des derniers énôôôrmes succès chez les super-héros ? The Dark Knight (premier du nom, deuxième de la série de Nolan) avec le regretté Heath Ledger. En quoi ce film détonait-il ? Il était plutôt original, comparé aux films de super-héros habituels, souvent très manichéens avec le happy end de rigueur. Il était au contraire extrêmement sombre, ambigu, violent, avec une ambiance oppressante et pleine de tension.

Tiens, bizarre, c’est exactement l’effet que fait la bande-annonce de Man of Steel. Sauf que, pardon, mais ça ne colle pas. Batman est intrinsèquement un super-héros sombre, par son histoire, sa personnalité… Même son costume est sombre. Superman, merde, on parle quand même d’un type qui s’habille avec une cape rouge pétante assortie d’un joli slip rouge pétant sur un costume bleu pétant. Pour l’ambiance sombre, c’est le tiercé gagnant. Certes, Batman aussi a un slip sur le pantalon, mais un slip noir sur tunique grise (dans le dessin animé des années 90 en tout cas, dans le film c’est même tout noir). Mais voilà, le niveau de réflexion à Hollywood c’est : The Dark Knight -> film sombre -> gros carton, donc le prochain Superman -> film sombre -> gros carton. Mais qu’ils sont cons.

D’ailleurs même eux doivent se douter que ça coince quelque part, vu qu’on ne voit le costume que 2 secondes et vu de trèèèès loin dans la bande-annonce (à la rigueur ils n’avaient qu’à le changer, Batman a eu pas mal de looks différents dans toutes ses existences fictives).

Et qu’est-ce qu’on voit dans la bande-annonce ? Un Clark Kent barbu, mal fringué, seul sur les routes façon « parcours initiatique ». En gros, la première de moitié de Batman Begins en remplaçant Bruce Wayne par Clark Kent.

Même le titre suit la logique. Je suis prêt à parier que Nolan a dû batailler pour appeler son film The Dark Knight tout court. Bah oui alors, ça va pas non ? Une suite sans le nom original ? On va pas s’y retrouver ! Batman, Batman Returns, Batman Forever, Batman & Robin (haha – pardon c’est le souvenir du navé qui m’amuse), Batman Begins… Et The Dark Knight ? Juste The Dark Knight ? Même pas un petit Batman avant pour faire genre ? Ou Batman Begins 2 – The Dark Knight ? Vous êtes zinzin ?!

Mais comme ça a marché, paf ! C’est la mode ! Alors si Batman, c’était le chevalier noir, Superman c’est… Mais bien sûr ! Man of Steel ! Hop hop, un titre dans la mode du moment, vendu ! Manquerait plus qu’ils appellent le prochain Spiderman The Sticky Guy, tiens…

Voilà, du coup en voyant la bande-annonce, on se dit juste qu’ils ont voulu faire un The Dark Knight version Superman. Bah ça ressemble à rien.

Mais qu’ils sont cons… Bon bref. C’est Nolan qui produit ce prochain film (et son frangin participe au scénario – très inspiré visiblement). Je n’irai sans doute pas le voir pour autant. S’il l’avait réalisé, pourquoi pas… Et encore. De toute façon Superman c’est de la daube, sombre ou pas. Vive Batman, vive le chevalier – vraiment – noir. Et encore un gros lol à Hollywood qui adore user les concepts jusqu’à l’os quand ils ont trouvé un filon (heureusement qu’il y a des mecs talentueux comme Nolan pour les trouver, ces filons). Il leur faudra juste un certain nombre de bides pour passer à autre chose. La routine, en somme.

Oui, je disserte sur Batman et Superman au lieu de bosser sur ce pauvre Superflu qui n’avance pas… Un problème ?

Crédit photo : Justice Legg of America (CC-By JD Hancock)

Non à la libre diffusion !

Creative Commons (CC-By Jayel Aheram)Certains ont peut-être bondi en lisant ce titre, surtout venant de moi qui suis plutôt pro-libre, de manière générale. Pas de panique, je vous explique.

Il y a une phrase très à la mode, en ce moment, sur Internet, c’est « je / il publie sous licence Creative Commons ». Et moi, depuis quelques temps, j’ai pris une habitude lorsque je la lis : je vais vérifier de quelle Creative Commons on parle. Et qu’est-ce que je constate ? Que si l’auteur ne précise pas, c’est qu’il y a de bonnes chances pour que la licence choisie ne soit pas libre (c’est à dire qu’elle contienne les clauses NC ou ND – le ou étant non-exclusif).

Note : si ces termes sont obscurs pour vous, vous pouvez lire la page Creative Commons à ce sujet. C’est très simple à comprendre. On parle de NC pour Non-Commercial (pas d’utilisation commerciale) et ND pour Non-Derivative (pas de modification).

D’ailleurs, c’est assez révélateur : les gens qui utilisent les licences Creative Commons libres (BY et BY-SA) diront plutôt simplement qu’ils sont « sous licence libre ». C’est le gros problème avec Creative Commons : l’ambiguïté. Et ne nous leurrons pas, aujourd’hui, beaucoup de gens s’en servent pour améliorer leur image (Creative Commons, c’est connu et ça commence à sonner classe, ouvert d’esprit, etc.) sans dire adieu au contrôle de leurs œuvres. En gros, je dis que je suis en Creative Commons, les gens comprennent « libre » mais je refuse qu’on utilise mes œuvres sans mon autorisation quand même.

Attention, je ne crache pas sur Creative Commons. C’est une initiative géniale qui a beaucoup participé au développement de la culture libre (et de son cadre légal, ce qui est très important). Mais n’oubliez pas qu’une grande partie des licences Creative Commons ne sont pas libres, elles sont ce qu’on appelle des licences de libre diffusion.

Roh, mais tu chipotes, libre diffusion, c’est déjà vachement bien non ?

La libre diffusion, oui c’est bien. C’est mieux que le système actuel. Mais concrètement, ça veut dire quoi ? Qu’on ne voit pas plus loin que le bout de son Torrent ou de son Rapidshare. On a le droit de partager les œuvres, mais fondamentalement, on reste un consommateur passif. La seule différence avec le modèle Universal / EMI et cie, c’est qu’on ne viendra plus vous emmerder si vous filez des MP3 à vos potes. Vous allez me dire que c’est déjà un grand pas en avant. Je vous répondrai que ce n’est pas suffisant.

Le problème du modèle actuel (basé sur l’achat d’œuvres à l’unité et le contrôle absolu de l’auteur – et surtout des fameux « ayant-droits » – sur cette œuvre), ce n’est pas qu’il est intrinsèquement mauvais (bon, un peu quand même, mais passons). Il a même plutôt bien marché pendant des décennies. Non, son problème, c’est qu’il ne correspond plus du tout à la réalité depuis des années.

Aujourd’hui, la culture est libre. Ce n’est pas une question de licence ou de conviction. Elle est libre, parce que nous considérons naturellement toute œuvre comme libre, même si elle ne l’est pas dans la loi. Le système actuel de droit d’auteur est archaïque, parce que tout le monde peut devenir auteur d’œuvre (sans aucune considération sur la qualité), que plus personne ne demande l’autorisation avant d’utiliser telle ou telle chanson pour sa vidéo de vacances postée sur YouTube (que j’emmerde, au passage) et que tout le monde s’échange de la musique et des films aussi naturellement qu’on s’enregistrait des compilations sur cassette il y a 20 ans (ce qui était déjà illégal).

Oui mais tout ça, ce n’est pas juste de la libre diffusion ? En quoi une clause ND est-elle gênante ?

On en revient à ce que je disais sur la vie d’une œuvre : la clause ND te replace en position de simple consommateur. Tu as le droit de regarder, de lire ou d’écouter, mais pas touche ! Sauf que dans les faits, il est naturel de s’approprier une œuvre. On pourrait parler de la culture du sampling et du remix. Mais rien que le fait d’enregistrer sa propre version d’une chanson (ce qui est fait un millier de fois par jour sur YouTube - que j’emmerde toujours), c’est une modification.

Et non, je ne veux pas avoir à demander l’autorisation avant de grattouiller 4 accords devant ma webcam. Tout le monde ne s’appelle pas Madonna et ne peut pas demander gentiment à Abba si on peut les sampler intensivement (pour faire une chanson médiocre au passage, mais peu importe). Ils répondront d’ailleurs à peu près toujours non.

D’accord, la ND t’oblige à être spectateur passif alors qu’aujourd’hui, on aime bien jouer avec les œuvres. Mais je peux comprendre qu’un auteur ne veuille pas qu’on se fasse de pognon sur son dos et utilise une licence NC.

Ah, « se faire du pognon sur son dos », encore une phrase qui revient souvent… Mais de quoi on parle exactement ? Le problème de la clause NC, c’est qu’elle est extrêmement ambiguë. Qu’est-ce qu’une utilisation commerciale ?

Si un artiste sort un album avec une clause NC, on va spontanément penser que le contrat est clair : vous pouvez partager l’album comme vous le voulez, mais interdiction de vendre un CD gravé, par exemple. D’accord. Mais si je diffuse l’album gratuitement sur mon site Internet qui me rapporte de l’argent par la pub ? Utilisation commerciale ou pas ? L’album ne m’a pas directement rapporté d’argent, mais peut-être que sa présence sur mon site a boosté mon nombre de visiteurs. Et si je joue des chansons en NC dans un bar et qu’on me paie pour ça ? Utilisation commerciale ? Et si on ne me paie pas mais qu’on me file des bières gratos ? Utilisation commerciale ? Et si on ne me paie pas du tout et que je ne bois pas à l’œil ? Le gérant du bar va quand même peut-être profiter de la chanson et gagner plus d’argent. Utilisation commerciale ?

La notion d’utilisation commerciale est tellement vague et sujette à interprétations que la licence en devient dangereuse, vous ne pouvez plus savoir ce qui est protégé et ce qui ne l’est pas, et vous pouvez tourner la licence dans tous les sens. Paranoïa ? Regardez ce qu’en a fait la Sacem lorsqu’elle a décidé qu’elle était compatible avec sa vision du business culturel. Bienvenue dans la libre diffusion façon corporate.

Donc, si je résume, la libre diffusion c’est un moindre mal, mais la culture libre tout court c’est mieux.

C’est à peu près ça. Le problème, c’est que beaucoup de gens entretiennent l’ambiguïté entre les deux (volontairement ou pas, je ne juge pas des intentions). Regardez Jamendo, qui se proclame « plateforme n°1 de musique libre ». Ça sonne bien non ? Maintenant, regardez de près les disques les plus écoutés / téléchargés : on est proches du 100% ND/NC/ND-NC. C’est ça qui est malheureusement réducteur, car la liberté sur une œuvre n’est pas que la liberté de partager. La culture libre, c’est l’idée qu’il n’y pas de hiérarchie entre auteur et public, que l’un n’a pas plus de droits que l’autre, qu’il n’a aucun pouvoir sur lui. Lorsque vous diffusez une œuvre, elle devient la propriété de celui qui la reçoit, que cela vous plaise ou non. Si cela ne vous plaît pas, ne diffusez pas. Faites vos œuvres dans votre coin, et gardez les pour vous. Mais surtout, ne venez pas nous dire ensuite quoi faire avec ce que notre cerveau aura retenu de vos œuvres.

Bien sûr, si l’intégralité des productions artistiques d’aujourd’hui étaient sous une licence type NC-ND, ce serait déjà un énorme pas en avant. Mais la libre diffusion reste, selon moi, un moindre mal. Moindre, certes. Un mal quand même.

Crédit photo : Creative Commons (CC-By Jayel Aheram)

PS : je n’ai pas évoqué la clause SA qui provoque parfois des débats car ce n’est pas le sujet. De mon point de vue, c’est la seule arme dont nous disposons pour ne pas nous faire bouffer par l’immense majorité de productions non-libres.

C'est la mère Michel qui a perdu son nyan-cat.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.